les caricaturistes célèbres

Les caricaturistes célèbres qui ont donné leurs lettres de noblesse à la discipline

La caricature n’a pas toujours eu le succès qu’on lui reconnaît aujourd’hui car il a fallu d’abord l’imposer dans les esprits comme un moyen de communication, chargé de sens, qui peut amuser ou interpeller mais qui reste néanmoins en général polémique.

Les caricaturistes célèbres à travers l’Histoire

L’introduction d’une nouvelle forme d’art

En matière de caricaturistes célèbres, il est évident qu’Henri Daumier fait figure de précurseur car il apparait au milieu du vingtième siècle et se fait connaître pour sa critique de la société à cette époque en représentant largement les personnages politiques.

D’autre part, il dénonce des injustices sociales ou des situations problématiques comme le conflit de classes avec une bourgeoisie dominante mais également la facilité avec laquelle il était possible de manipuler ces décideurs politiques grâce à une corruption flagrante.

Les débuts de la satire

C’est à l’époque de la gouvernance de la France par le général de Gaulle que des magazines spécialement consacrés à l’analyse critique de la société et des agissements des hommes politiques deviennent plus présents. Le journal Hara-Kiri Hebdo se fait le porte-parole de cette tendance avec des caricaturistes célèbres comme Gébé et Siné.

Ils marquent alors le début d’une forme de contestation qui se veut revendicatrice et parfois drôle avec les mêmes caricaturistes célèbres. Gébé se fera d’ailleurs une réputation grâce à son dessin représentant Pompidou bouffi, accompagné d’un texte réclamant une autre forme de gérance du pays.

L’évolution vers des quotidiens généralistes

La fin de Charlie Hebdo

Le fait que ce journal spécialisé cesse ses activités ne remet pas pour autant en question le travail des caricaturistes célèbres mais met alors l’accent sur le fait qu’il est difficile de laisser reposer un hebdomadaire uniquement sur ce type de communication et qu’elle doit alors accompagner des articles.

De ce fait, il s’agit d’un tournant dans le monde de la caricature car les caricaturistes célèbres ne sont plus uniquement considérés comme des dessinateurs mais comme des rédacteurs à part entière car ils véhiculent également à leur façon l’information, au même titre que les journalistes classiques.

L’insertion dans les quotidiens généralistes

Cette période marque alors le début de l’apparition de caricaturistes célèbres qui viennent déposer leur dessin au sein de journaux d’actualités en y ajoutant alors une petite touche d’humour ou de revendication.

C’est ainsi qu’on retrouvera Plantu collaborant avec Le Monde mais également Willem dans le journal  Libération. Des journaux régionaux se laissent même gagner par la tendance avec l’apparition de Délester et de Nono dans des quotidiens destinés à un certain type de lecteurs et qui se veut donc beaucoup plus précise.

Le retour en force de la caricature

Le renouveau des journaux satiriques

Avec le retour du Canard enchainé et de Charlie Hebdo, les caricaturistes célèbres ont trouvé un nouvel espace où exprimer leur art. En effet, ils sont nombreux à collaborer sur le même journal mais ils apportent tous un regard différent, ce qui rend alors le contenu particulièrement intéressant.

C’est le cas de Charlie Hebdo qui réunit Cabu, mais également Charb, Riss, Tignous et Willem et a même été le fruit de nombreuses polémiques notamment à cause des caricatures du prophète Mahomet réalisées par Plantu.

Le développement de la polyvalence

Aujourd’hui, les caricaturistes célèbres collaborent avec plusieurs journaux en même temps afin de démocratiser la caricature mais aussi pour montrer que chaque publication peut avoir une vision satirique de la société. De ce fait, on retrouve Wolinski aussi bien dans Charlie Hebdo que dans l’Humanité.

De même, Cabu travaille régulièrement sur Charlie Hebdo mais réalise également un certain nombre de caricatures dans le Canard enchaîné. Pour sa part, Charb dessine aussi bien pour Fluide Glacial que pour l’Humanité, avec une vision différente car elle s’adapte au support.